LE CONTEXTE

Travaillant depuis plus de dix ans sur la qualité de l’eau, le Syndicat Mixte du Loc’h et du Sal a étendu son action à l’espace littoral en 2009 suite à la sollicitation des partenaires financiers et à la demande de la profession conchylicole. Face au récent déclassement des zones de production conchylicole en rivière d’Auray, un travail de diagnostic a été engagé pour comprendre et agir sur les facteurs de dégradation de la qualité des eaux conchylicoles.

L'évolution de la réglementation

Suite au nouveau règlement européen n°854/2004, la révision du classement sanitaire dans le Morbihan a récemment conduit au déclassement saisonnier de la rivière d’Auray.

Arrêté préfectoral du 17 février 2010 -  entré en vigueur le 05 mars 2010


Ce déclassement est lié à 2 facteurs :

-          Une réglementation européenne plus contraignante (suppression des seuils de tolérance)

-          Des pics de contamination plus nombreux et plus importants ces dernières années

Le dernier rapport bulletin de surveillance de l’Ifremer précise que "la rivière d'Auray apparait comme le site du Morbihan où la dégradation est la plus significative, avec notamment dégradation récente de la station Le Guilvin située sur Locmariaquer" et confirme la nécessité d’agir rapidement.

 

Le diagnostic des sources de contamination bactériologique

Pour faire face à cette situation, le Syndicat Mixte du Loc’h et du Sal s’est engagé dans l’élaboration d’un diagnostic des sources de contamination bactériologique pour comprendre et agir sur les risques de contamination bactériologique des eaux.

 

A travers cette étude, le Syndicat Mixte du Loc’h et du Sal souhaite :

    approfondir sa connaissance de la zone estuarienne afin d’en cerner les enjeux, de quantifier les flux polluants et d’identifier les principales sources de pollutions

    impliquer et de mobiliser les acteurs et usagers du littoral autour d’enjeux et d’objectifs communs

    développer un outil d’aide à la décision pour définir et mettre en place des actions adaptées

 

Les premiers résultats de cette étude montrent la nécessité d’agir rapidement compte tenu d’une nette dégradation de la qualité bactériologique des eaux en rivière d’Auray. De par son origine multifactorielle, cette problématique implique une action partenariale et coordonnée impliquant l’ensemble des acteurs et structures concernées à l’échelle du bassin versant. Différentes instances de concertation (Comité technique et Comité de pilotage) ont ainsi été mises en place pour renforcer la participation des acteurs locaux et partenaires institutionnels au sein de la démarche.

 

Contact

Nicolas ROLLO

Chargé de mission littoral

smls.littoral@orange.fr

02-97-68-48-82